Flashover

Flashover

Comment se forme un flashover ?

Au-dessus d'une flamme de bougie, il y a formation de fumée, plus ou moins intensive en fonction de la présence d'oxygène. Dans cette fumée, il y a aussi la présence de molécules de combustible imbrûlé. Ceci est aussi généralement le cas pour d'autres matières inflammables.
De manière générale, on peut faire l'affirmation suivante : Ce ne sont pas les matières elles-mêmes qui brûlent, mais bien les gaz ou les vapeurs qui se dégagent de cette matière suite à l'échauffement. De manière particulière pour les plastiques, des molécules à chaîne longue sont libérées et se retrouvent dans les fumées. Il s'en suit un enseignement fondamental : La fumée de combustion est en règle générale combustible. Elle ne brûle cependant pas directement, mais doit être d'abord préparée thermiquement. Il pend donc une épée de Damoclès au-dessus de intervenants dès qu'ils s'attaquent au feu par l'intérieur d'un bâtiment.

Avec le temps qui passe, les fumées de combustions s'échauffent. La température près des plafonds pouvant atteindre 1100°C, les fumées sont préparées thermiquement (les grosses molécules se divisent et donne naissance à des plus petites molécules qui sont plus inflammables). Alors commence la phase critique, pendant laquelle certains courants de fumées commencent à brûler. Il se forme des langues de feu, qui viennent lécher le plafond de la pièce. En anglais, ces flammes sont appelées les "dancing engels", c'est-à-dire les anges qui dansent. En règle générale, il se produit une inflammation de tous les objets combustibles (tables, fauteuils, meubles capitonnés, textiles etc...) lorsque ceux-ci atteignent leur température d'auto inflammation (+ de 300°C). L'échauffement de ces objets étant provoqué principalement par le rayonnement des fumées chaudes.

Toutes les conditions pour un flashover sont maintenant réunies : Les fumées de combustion ainsi que le mobilier s'enflamme en l'espace d'un court instant. Il s'en suit une valse de flamme à laquelle il n'y a pas d'échappatoire.

Quand se produit le flashover ?

Le flashover ne produit évidement pas systématiquement les mêmes effets. Il peut arriver qu'il ne se produise pas du tout. C'est par exemple le cas quand il n'y a pas une formation suffisante de fumée, ou également lorsque la plus grosse partie des fumées brûle directement.

Nous venons de voir que le type de combustible en présence peut influencer grandement l'apparition du flashover. Il faut y ajouter la concentration en oxygène dans la pièce (aération) ainsi que l'agencement géométrique du local en feu (voir l'incendie de la station de métro King cross). Les conditions préalables sont donc très complexes et dans la plupart des cas impossibles à prévoir.

Cette incertitude représente justement un gros problème pour les pompiers en intervention à l'intérieur d'un bâtiment. Lorsque, à l'arrivée des pompiers sur un sinistre, le feu a pris son développement complet, le flashover a eu lieu avant que les forces d'interventions ne soient présentes. C'est pour nous le cas le plus favorable. Ce ne l'est cependant pas pour le propriétaire ou les personnes éventuellement encore coincées à l'intérieur.

À cause des techniques modernes de construction (béton armé) et de la bonne isolation des bâtiments (économies d'énergie), le moment d'apparition du flashover est de plus en plus retardé. Avec la conséquence que les pompiers, qui arrivent de plus en plus tôt sur les lieux, doivent compter avec une probabilité de plus en plus importante de voir se produire un flashover pendant leur intervention.

En pratique, le phénomène de flashover présente :
-  des flammes dans tout le volume de la pièce,
-  des flammes qui s'échappent en partie haute des ouvertures (portes, fenêtres,...).

 

 

 

↑ Haut de page ↑

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

SITE ACTUELLEMENT EN COURS DE REFONTE,

IL EST POSSIBLE QUE VOUS PUSSIEZ RENCONTRER DES DIFFICULTEES LORS DE VOTRE NAVIGUATION SUR LE SITE

Merci de votre compréhension