Suite de l'article dépêche pompier

Tremblement de terre, tsunami, accident nucléaire : le terrible drame qui vient de frapper le peuple japonais montre combien nos sociétés, y compris les plus prospères, les plus développées et les mieux préparées à faire face à ce type de catastrophes, demeurent fragiles et exposées aux risques. Il révèle également combien la mondialisation expose désormais dans ces circonstances l’ensemble de la population mondiale, tant sur le plan sanitaire qu’économique. Il confirme enfin que tout événement de cette nature finit toujours par générer une crise de sécurité civile, et que la gestion des risques doit être appréhendée globalement.


En ces circonstances, il faut par conséquent saluer la réactivité de la décision de nos autorités de dépêcher un détachement de la Sécurité civile et des sapeurs-pompiers, afin de porter secours à nos amis japonais, de leur témoigner la solidarité de la France et de leur apporter notre collaboration dans les domaines du sauvetage-déblaiement et du NRBC.

Saluons également la qualité du travail accompli par nos collègues, malgré la difficulté et la dangerosité de leur mission. Dans le cadre du retour d’expérience, il convient à présent de tirer les enseignements pour notre propre modèle de sécurité civile de cette crise, d’autant qu’elle fait suite à la répétition ces dix dernières années de catastrophes naturelles et industrielles de plus en plus fréquentes et importantes.

Le discours prononcé par le président de la République lors de l’inauguration de l’Ensosp, le 17 mars dernier, fera date à cet égard.
Tout d’abord, par la consécration qu’il accorde au modèle des sapeurs-pompiers, à leur réseau associatif et à leur maillage territorial comme principale force en charge de la sécurité des Français dans ce domaine, avec une double impulsion donnée à la protection et au développement du volontariat, à travers le soutien déterminé apporté au contenu et au calendrier de la proposition de loi en instance d’examen par le Parlement, et à la modernisation de la filière des sapeurs-pompiers professionnels et du statut des cadres supérieurs en service, tant dans les Sdis qu’à l’État : une marque de reconnaissance pour l’action de l’ensemble de notre corps, symbolisée par l’annonce de la nomination prochaine d’un préfet issu de nos rangs.


Ensuite, en raison de l’engagement résolu de l’État, au côté des collectivités territoriales, dans le renforcement et l’adaptation de ses structures, matérialisé par le rétablissement pérenne de sa participation financière au budget de l’Ensosp, le rattachement prochain à cette dernière du centre civilo-militaire national de formation et d’entraînement au risque NRBC-E et, surtout, la création tant attendue au sein du ministère de l’Intérieur, à l’instar de la police et de la gendarmerie, d’une grande direction générale de la sécurité civile destinée à regrouper les acteurs de la préparation et de la gestion des crises, au sein de laquelle les sapeurs-pompiers devront trouver toute leur place.



Autre témoignage de son estime pour notre corps, le chef de l’État a accepté de revenir en exclusivité sur ces annonces pour Sapeurs-pompiers de France : bonne lecture à toutes et à tous !

 

(Source : Pompiers.fr)

Ajouter un commentaire
 
↑ Haut de page ↑

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

SITE ACTUELLEMENT EN COURS DE REFONTE,

IL EST POSSIBLE QUE VOUS PUSSIEZ RENCONTRER DES DIFFICULTEES LORS DE VOTRE NAVIGUATION SUR LE SITE

Merci de votre compréhension