Dossier BSPP

 

HISTOIRE :
¯¯¯¯¯¯¯¯¯
En 1793 fut fondé le Corps des gardes-pompes de la ville de Paris.
À la suite de l'incendie de l'ambassade d'Autriche en 1810, Napoléon 1er transforma ce corps en formation militaire par décret impérial.
Il devint le Bataillon de Sapeurs-Pompiers de Paris, le 18 septembre 1811, puis le Régiment de Sapeurs-Pompiers de Paris en 1867.
Il prit le nom de Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris le 1er mars 1967.


BSPP :
¯¯¯¯¯
La Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP) est une unité du génie de l'armée de terre française mise à disposition du préfet de police.
Elle est chargée des missions dévolues aux sapeurs-pompiers, principalement :

- lutte contre l'incendie
- prévention
- secours à personne
- sauvetage

Elle intervient pour l'agglomération parisienne, dans Paris et dans ses trois départements limitrophes :

- Hauts-de-Seine (92)
- Seine-Saint-Denis (93)
- Val-de-Marne (94)

460 000 INTERVENTIONS
EN 2007 !

La devise de la BSPP est :
« SAUVER ou PERIR »


HOMMAGE :
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Hommage aux dix-neuf Sapeurs-Pompiers de Paris MORTS AU FEU depuis la création de la BSPP (1967/2009 = 42 ans)

 

 

B.S.P.P : Devenir pompier de Paris

LES CONDITIONS D'ADMISSION.

À chacun sa chance...
Pas de concours académique pour intégrer la Brigade, la sélection s'effectue sur la base d'une évaluation de candidature.

Conditions générales

* Être de nationalité française ;
* Avoir entre 18 et 25 ans ;
* Avoir effectué la Journée d'Appel de Préparation à la Défense (J.A.P.D) ;
* Posséder un diplôme scolaire (BEPC à BAC +2 );
* Avoir une bonne moralité et ne pas avoir été condamné.

Aptitude physique minimum

* Mesurer entre 1,60 m et 1,96 m ;
* Avoir un poids en rapport avec la taille ;
* Détenir une bonne condition physique ;
* Être médicalement apte ;
* Avoir une bonne vue sans correction (pas de lunettes, de lentilles de contact ni de correction chirurgicale) sauf pour la filière SAV.
 

 

LES ETAPES DU RECRUTEMENT.

1re étape :
Centre d'Information et de Recrutement de l'Armée de Terre (CIRAT)
Prise de rendez-vous auprès du CIRAT du département de résidence.

2e étape :
Centre de Sélection et d'Orientation (CSO)
Convocation au CSO pour les tests de sélection et l'entretien d'évaluation.

3e étape :
Centre d'Information et de Recrutement de l'Armée de Terre
Bilan de la candidature afin de déterminer le type de contrat en fonction des résultats d'évaluation.

4e étape :
Centre d'Instruction des Recrues (CIR)
Incorporation au fort de Villeneuve-Saint-Georges (94) : "l'école du sap
eur-pompier de Paris". 

 

 

 

LE CENTRE DE SELECTION & D'ORENTATION (CSO).

Il existe 5 Centres de Sélection et d'Orientation en France qui permettent de vérifier l'aptitude à l'engagement dans l'armée de terre. Cette évaluation comporte :

1. Une visite médicale

2. Des tests physiques
Vous serez testé sur trois épreuves physiques dont les résultats sont déterminants. Une préparation physique adaptée, à partir d'un programme d'entraînement, vous permettra d'atteindre vos objectifs sportifs.

3. Des tests psychotechniques
Ces tests informatisés permettent d'évaluer :
• la personnalité du candidat ;
• son potentiel intellectuel ;
• sa capacité à réagir devant une situation stressante.

4. Un entretien d'évaluation
Il s'agit pour l'évaluateur d'effectuer un bilan de la sélection afin de déterminer, si le candidat possède le profil recherché.

 

 

 

Contrats & filieres 

 

LES FILIERES.

• Sapeur-Pompier 
Filière traditionnelle offrant l'accès à l'ensemble des emplois opérationnels et permettant un parcours professionnel de militaire du rang à officier. 
• Sapeur-Pompier Secours à Victime
Cette voie est destinée aux candidats porteurs de lunettes ou de lentilles et offre la possibilité d'effectuer un parcours professionnel de militaire du rang.

• Sapeur-Pompier Spécialiste 
Spécialiste mais avant tout sapeur-pompier de Paris, le candidat recruté dans cette voie est destiné à servir dans les unités logistiques et de soutien. Détenteur d'un diplôme scolaire professionnel, le spécialiste sera évalué durant un mois avant d'effectuer une formation de sapeur-pompier secouriste.

La Brigade offre des postes dans les domaines de spécialités suivantes : métiers de l'automobile et du bâtiment, informatique et télécommunications, restauration loisir, secrétariat et comptabilité. 

 

LA FORMATION.

La formation initiale d'un sapeur-pompier de Paris représente environ 600 heures de cours réparties sur 8 mois. Cet apprentissage modulaire et progressif est divisé en 3 phases.

1re phase : découverte, 2 mois au Centre d'Instruction des Recrues (CIR) 
• adopter l'éthique du sapeur-pompier de Paris (savoir-être) ;
• avoir un comportement et des attitudes compatibles avec l'état de militaire ;
• réussir le CFAPSE* pour les non titulaires.

2e phase : apprentissage, 4 mois en compagnie d'incendie
• découvrir la vie en centre de secours ;
• mettre en pratique les connaissances acquises au cours de la 1re phase ;
• compléter la formation professionnelle.

3e phase : spécialisation, 2 mois au CIR
• formation aux missions incendie et sauvetage ; 
• réussir l'admission au service incendie et de secours.

La durée d'instruction des filières spécialistes et de secours à victime est de 2 mois et correspond à la 1re phase. Pour chaque filière, la recrue passe un examen final de vérification des connaissances.

Nota : pour la filière de spécialité, la formation est précédée d'une vérification des compétences techniques de 3 semaines dans le service de rattachement.
* Certificat de Formation aux Activités de Premiers secours 

  LE PARCOURS PROFESSIONNEL.


La brigade de sapeurs-pompiers de Paris partage avec la légion étrangère la particularité de ne pas recruter de personnel sous-officier. Autrement dit tous les sous-officiers et un tiers des officiers ont commencé leur carrière à la brigade comme militaire du rang. 

Poursuite de la carrière jusqu'à l'âge de : 
45 ans pour les sergents et sergents-chefs 
50 ans pour les adjudants 
56 ans pour les adjudants-chefs 
57 ans pour les majors

Possibilité d'effectuer 25 années de service en tant que militaire du rang

LES SPECIFICITES MILITAIRES.

* Bénéfice d'un système de promotion interne performant et sans équivalent dans l'ensemble de la fonction publique.

* Solde nette dès le 1er mois d'incorporation pour un célibataire :
o EVAT : 1404 euros €*
o VDAT : 937 euros €*
* Permissions : 45 jours ouvrables/an.
* Possibilité sous certaines conditions d'être logé à titre gratuit sur la région parisienne.
* Sécurité sociale militaire et adhésion à une mutuelle performante.
* Gratuité du transport sur le réseau RATP (trajet domicile-travail) et 75 % de réduction sur les voyages SNCF.
* Service social offrant de nombreuses prestations de détentes et de loisirs.
* Nombreuses possibilités de reconversion dans le secteur civil, une fois le contrat honoré.

* à la date du 1er juillet 2005 

  

 

 

TESTS D'EVALUATION PHYSIQUE.

I - Les objectifs :
Pour obtenir les notes maximales et l'appréciation la meilleure, vous devrez :

* En tant que candidat : Atteindre le palier 10 au test navette Luc Léger ;
* Réaliser au moins 10 tractions ;
* Effectuer deux tours sur un parcours d'obstacles en moins de 2 min et 30 sec.

* En tant que candidate : Atteindre le palier 7 au test navette Luc Léger ;
* Réaliser une traction et tenir la position pendant 30 sec au moins ;
* Effectuer deux tours sur un parcours d'obstacles en moins de 3 min.

II - Les épreuves :
2.1 Le test navette "Luc Léger"

Principe :
Ce test d'endurance consiste à courir entre deux lignes espacées de 20m, en respectant un rythme de course qui s'accélère toutes les minutes (0.5 Km/h toutes les min.). La vitesse est déterminée par des BIP sonores, enregistrés sur magnétophone qui indiquent aussi au candidat le nombre de paliers atteints.

Difficulté :
À chaque aller retour, il faut s'arrêter et reprendre aussitôt sa course. Le candidat doit régler sa vitesse de manière à se trouver en bout de piste, à 1 m près, au moment où retentit le signal sonore, afin de repartir immédiatement en sens inverse.

Niveau demandé:
Le candidat doit atteindre le palier 10, la candidate le palier 7 


2.2 Tractions et suspension

:: 2.2-1 Les tractions (hommes)

Modalités d'exécution :
Ce test d'endurance musculaire doit être effectué en suspension complète à la barre fixe, les mains en pronation, écart correspondant à la largeur des épaules. Effectuer chaque traction des bras pour amener le menton au dessus de la barre, le corps reste tendu.

Fautes à éviter :
• Extension des bras incomplète
• Traction incomplète
• Basculer le corps
• Monter les genoux à la poitrine

Conseil :
À propos de la respiration : expirer par la bouche à la traction (à l'effort) et inspirer par le nez au retour.

:: 2.2-2 La suspension (femmes)

Modalités d'exécution :
La suspension est réalisée avec les mains en pronation, la ligne des épaules devant être au-dessus de la barre. Le chronomètre est déclenché dès que la candidate est en position de suspension sans aucun appui et s'arrête lorsque la ligne des épaules passe au-dessous du niveau de la barre fixe.

Fautes à éviter : Le menton ne doit pas être en contact avec le dessus de la barre.


2.3 Le parcours d'obstacles
Il s'agit d'un parcours d'obstacle de 60 m chronométré, à effectuer deux fois et comportant à la fin du deuxième tour un porté de sac.

Liste des obstacles :
Vous pouvez consulter la liste des obstacles dans la plaquette Le parcours d'évaluation physique en CSO disponible dans les C.I.R.A.T..

Conseils:
L'équilibre, l'adresse, la coordination sont testés pendant un effort de courte durée. Pour s'entraîner, le candidat peut aisément reconstituer une partie du circuit : exercices de sauts, lancer de balles, porter de sac etc. Il peut aussi se préparer sur certains obstacles tels que la poutre d'équilibre, le dessus-dessous, les cercles...que l'on retrouve souvent sur les parcours naturels des parcs et forêts et qui peuvent à ce titre constituer de bons moyens d'entraînement. Les exercices d'adresse et d'équilibre doivent être exécutés après un effort physique relativement soutenu pour se rapprocher des conditions d'examens.

 

CONSEILS SUR LA PREPARATION DES TESTS.

III - Quelques principes d'entrainement
3.1 La programmation

Afin d'adapter l'organisme aux efforts, il est conseillé de construire un plan d'entraînement à partir de la date d'examen et de son niveau physique.
Pour progresser, le candidat établira son plan d'entraînement de manière à dépasser sa capacité physique et psychique du moment, tout en alternant les périodes d'efforts et celles de récupération. Quelques mois plus tard, une fois que la capacité correspondant aux barêmes des tests de recrutement sera atteinte, le candidat pourra se fixer des objectifs encore supérieurs de manière à réaliser les tests le jour J avec plus d'aisance.
Chaque candidat doit bâtir son plan d'entraînement en fonction de :
# la date d'examen ;
# son niveau physique ;
# ses objectifs ;
# ses possibilités d'entraînement.
En fonction de ces deux éléments, c'est à dire le niveau physique de départ et celui requis pour réussir les tests, le plan sera plus ou moins long.

* Votre plan d'entraînement doit être fondé sur l'application des principes suivants : La progressivité : elle permet d'adapter l'organisme à des charges de travail croissantes
* La spécificité : elle consiste à solliciter de façon sélective les groupes et les métabolismes musculaires au regard des exigences spécifiques aux tests demandés. Course à pieds, musculation des dorsaux et des abdominaux, ainsi que des exercices de coordination et d'adresse sont à privilégier.
* L'alternance : elle consiste à varier les exercices, les intensités et les durées des exercices, les activités sportives (course à pieds, musculation, natation, vélo...).

3.2 L'échauffement

Il est nécessaire en préalable d'une séance de sport sur les plans :

• physiologiques :
- augmentation de l'activité sanguine, de l'oxygénation... 
- meilleure coordination dans l'exécution du mouvement spécifique à l'épreuve 
• psychologiques :
- amélioration de l'attitude émotionnelle face aux épreuves
- de la prévention face aux blessures.

Avant chaque séance d'entraînement et avant les épreuves, il est conseillé de s'échauffer de façon générale en courant à faible allure puis de réveiller les articulations (chevilles, genoux, tronc, coudes, épaules, nuque...).
Lors de l'entraînement il est opportun de se construire un "rituel" de l'échauffement.

3.3 La souplesse et les étirements :

La souplesse va jouer un rôle important dans le rendement et l'efficacité du geste sportif et dans la maîtrise des habiletés motrices. C'est donc une qualité physique à ne pas négliger.
Les étirements doivent être effectués d'une part après l'échauffement, avant d'entamer la séance proprement dite afin de faire disparaître les raideurs musculo-articulaires et d'autre part après la séance d'entraînement.
Ils peuvent être réalisés aussi lors de la séance. Enfin, ils peuvent représenter le thème majeur d'une séance d'entretien général.

IV - Diététique et entraînement

L'alimentation doit être fondée sur les caractéristiques de l'individu et les pratiques sportives.
Elle doit être variée pour satisfaire les besoins de l'organisme en glucides, protides et lipides. La surcharge pondérale doit être évitée.
Un repas trop copieux avant un entraînement n'est pas conseillé, le sang étant mobilisé pour la digestion et non pour l'effort physique.

La prise de substitut de repas est également déconseillée : ces régimes hyper-glucidiques vont favoriser le stockage excessif de sucre.
Minéraux et vitamines sont à consommer en quantité suffisante. Le cas contraire accentuerait, les risques de blessures, de maladies et de fatigue.
Enfin, une bonne hydratation est primordiale il faut boire environ 3 L par jour par petite quantité.
Le tabac et l'alcool constituent évidemment des facteurs limitant la performance.

V - Fatigue & récupération

La récupération fait partie intégrante de l'entraînement.
Elle passe d'abord par une bonne alimentation, une bonne hydratation et un sommeil de qualité. Une activité légère, les étirements et la relaxation (sauna, balnéothérapie, massages...) constituent des méthodes de récupération actives efficaces.
La durée optimale de sommeil est variable. Une nuit de sommeil de 7h à 9h est nécessaire selon les individus.

Les conseils d'un éducateur sportif et la présence d'un partenaire d'entraînement constituent des aides non négligeables pour bâtir et suivre un plan d'entraînement personnalisé. Enfin, les revues et les livres spécialisés représentent des sources d'informations qui peuvent éclairer le candidat au recrutement sur la manière de s'entraîner.

Consignes d'entraînement par semaine :
1 séance = régression
2 séances = stagnation
3 séances = progression

Une fois les tests réalisés, le candidat à l'engagement doit absolument continuer à entretenir sa condition physique pendant la période qui précède son incorporation pour suivre l'instruction dans les meilleures conditions possibles et pour être admis au service incendie.
Il doit également pendant cette même période chercher à minimiser les risques de blessures qui pourraient compromettre son projet professionnel. Le futur sapeur-pompier de Paris doit être en possession de tous ses moyens physiques pour aborder sa période d'instruction.


Conditions générales

Être de nationalité française ;
Avoir entre 18 et 25 ans ;
Avoir effectué la Journée d’Appel de Préparation à la Défense (J.A.P.D) ;
Posséder un diplôme scolaire (BEPC à BAC +2 );
Avoir une bonne moralité et ne pas avoir été condamné.

 
      Aptitude physique minimum

Mesurer entre 1,60 m et 1,96 m ;
Avoir un poids en rapport avec la taille ;
Détenir une bonne condition physique ;
Être médicalement apte ;
Avoir une bonne vue sans correction (pas de lunettes, de lentilles de contact ni de correction chirurgicale) sauf pour la filière SAV.

 

 

 

Date de dernière mise à jour : mercredi 23 mai 2012

↑ Haut de page ↑

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

SITE ACTUELLEMENT EN COURS DE REFONTE,

IL EST POSSIBLE QUE VOUS PUSSIEZ RENCONTRER DES DIFFICULTEES LORS DE VOTRE NAVIGUATION SUR LE SITE

Merci de votre compréhension

×