Hortefeux promet aux pompiers une loi sur leur statut menacé par l'Europe

  • Par pompiers-18
  • Le lundi 27 septembre 2010
  • Commentaires (0)

 

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, s'est engagé samedi à faire adopter début 2011 une loi donnant un statut juridique aux pompiers volontaires, les mettant à l'abri d'une directive européenne qui les inquiète.

Le ministre, qui clôturait à Angoulême le 117e congrès des pompiers a annoncé que cette loi serait présentée au Parlement au premier trimestre de l'an prochain: "elle dira clairement que le sapeur pompier volontaire, n'est ni un agent public, ni un travailleur, c'est une personne qui s'engage librement aux cotés de la communauté nationale".

"Je veillerai à ce qu'aucune réforme ne vienne troubler votre organisation au nom du droit communautaire" a martelé M. Hortefeux, très applaudi.

Les 250.000 pompiers français, parmi lesquels 80% sont des volontaires, redoutent qu'une directive européenne ne les assimile à des travailleurs. A ce titre, l'Europe leur imposerait une limitation et un encadrement du temps de travail et du régime des gardes, avec en plus, le paiement de cotisations sociales. Ces mesures mettraient en péril le volontariat, estiment-ils.

M. Hortefeux a également promis que les états-majors des six zones de défense (placées sous l'autorité du préfet) resteraient commandés par des officiers de sapeurs-pompiers.

En début d'année, le ministère avait annoncé le remplacement de trois de ces officiers par des policiers ou des gendarmes.

Face à la bronca des pompiers, cette décision avait été gelée.

Ces six zones de défense sont basées à Marseille, Metz, Rennes, Lyon, Bordeaux, Lille et ont pour rôle de préparer et planifier la gestion des crises de la zone (feux de forêt, inondation, tempête...). Dans la capitale, les pompiers de Paris - corps composé uniquement de professionnels - sont dirigés par le général Joël Prieur et un autre pompier, le général Serge Garrigues, commande l'état-major de la zone.

Au début de l'année, les pompiers avaient fait de ces projets de nominations de policiers ou de gendarmes un casus belli, refusant de fournir les gros bataillons des secouristes tout en étant privés de postes à responsabilité.

"Il est hors de question que nous soyons des pions qu'on sort de la boîte lors des catastrophes et qu'on range sur l'étagère lorsque l'alerte est passée" avait fustigé le président de la fédération nationale, le colonel Richard Vignon.

"Les sapeurs-pompiers ont naturellement vocation à diriger des états-majors de zone" a assuré M. Hortefeux en ajoutant que le dispositif pourrait être adapté "en cas de crise sociale, de grandes manifestations, de problèmes d'ordre public".

Quant au secours en montagne, dont les pompiers se plaignent d'être écartés systématiquement par les gendarmes ou CRS spécialisés lors d'avalanches, M. Hortefeux a affirmé qu'il "n'est le monopole de personne, chacun y a sa place". Une mission sur ce sujet, confiée à un préfet, devrait rendre ses conclusions au premier trimestre 2011.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 
↑ Haut de page ↑

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

SITE ACTUELLEMENT EN COURS DE REFONTE,

IL EST POSSIBLE QUE VOUS PUSSIEZ RENCONTRER DES DIFFICULTEES LORS DE VOTRE NAVIGUATION SUR LE SITE

Merci de votre compréhension