Crise: 16 départements réduisent leurs effectifs de pompiers professionnels

  • Par pompiers-18
  • Le vendredi 12 novembre 2010
  • Commentaires (0)

Seize départements français ont annoncé, pour la première fois, une réduction des effectifs de pompiers professionnels en raison de la crise économique, selon une enquête réalisée pour la 4e journée nationale des Services départementaux d'Incendie et de Secours (SDIS).

«Les SDIS sont confrontés, comme les autres collectivités et établissements publics, à la crise des finances publiques», a expliqué mardi l'auteur de l'enquête, Arnaud Mandement. «Ces réductions d'effectifs vont de moins un (Val-d'Oise) à moins 62 pour le département du Nord (sur un effectif total de 2.500), c'est parfois une baisse symbolique, mais c'est une première», a-t-il précisé, lors de cette réunion organisée à Paris par l'Assemblée des départements de France (ADF). «On a changé d'époque, on ne parle plus de création de postes, mais de démarches de plus en plus fines de gestion des personnels, d'une nouvelle organisation du temps de travail, des régimes de garde, de l'affection des personnels, de mutualisation des moyens», a ajouté l'expert. Le président de l'ADF, Claudy Lebreton (PS), a ouvert la journée en affirmant que «les départements (qui financent 56% du budget des SDIS, le reste provenant des communes) sont confrontés à une crise financière qui va les atteindre dans leur mission», avec un nombre d'interventions «en augmentation de 6% entre 2008 et 2009 et des recettes qui se sont effondrées». Il a plaidé pour «renforcer l'efficacité de notre gestion». Des élus se sont aussi inquiétés de la désertification médicale des zones rurales et de la fermeture d'hôpitaux de proximité par les agences régionales de santé, ce qui rallonge les temps de transport des ambulances. Selon les élus, lorsqu'une personne fait un malaise dans la rue, les pompiers interviennent gratuitement, mais lorsque le malaise survient à domicile, le Samu ou le SMUR doivent intervenir. Faute d'ambulances du Smur, les pompiers interviennent, mais l'assurance-maladie doit rembourser l'intervention, ont estimé les élus. Dans les Deux-Sèvres, le président du SDIS, Jean-Luc Drapeau, a dit que son assemblée départementale avait voté le principe de facturer aux hôpitaux 350 euros la demi-heure les interventions relevant du Samu ou du Smur.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 
↑ Haut de page ↑

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

SITE ACTUELLEMENT EN COURS DE REFONTE,

IL EST POSSIBLE QUE VOUS PUSSIEZ RENCONTRER DES DIFFICULTEES LORS DE VOTRE NAVIGUATION SUR LE SITE

Merci de votre compréhension

×