170 ha brûlés en Lozère: feu circonscrit, sous surveillance étroite

  • Par pompiers-18
  • Le jeudi 25 août 2011
  • Commentaires (0)

MARSEILLE, 23 août 2011 (AFP) - Un feu parti dimanche dans l'est de la Lozère et fixé dans la nuit de lundi à mardi, après avoir détruit environ 170 hectares de végétation, restait sous surveillance mardi soir, a-t-on appris auprès des pompiers.

 

"Nous traitons encore quelques petites reprises et maintenons une surveillance active sur tout le périmètre du feu", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Dominique Turc, en charge des opérations.

225 pompiers étaient encore déployés dans la région mardi en fin d'après-midi. Les renforts venus du Var, d'Ardèche, des Bouches-du-Rhône et de l'Hérault s'apprêtaient à repartir.

Une quarantaine d'hommes devaient rester mobilisés pendant la nuit.

"Les risques devraient être allégés pour demain (mercredi, NDLR) puisque le taux d'humidité va remonter, une évolution orageuse est attendue pour la mi-journée et le vent devrait être faible", a précisé une porte-parole de la préfecture.

L'incendie s'était déclaré dimanche après-midi au Castanet, dans un site peu habité et difficile d'accès, avec des falaises et un dénivelé de 320 m compliquant la tâche des hommes du feu en accentuant l'effet de chaleur et du fait de la pente, l'accélération du sinistre. Un feu attisé aussi par la forte température ambiante et un air sec.

Au plus fort de l'incendie, qui a ravagé pins et châtaigniers, produisant parfois des flammes hautes de dizaines de mètres, 240 pompiers, douze avions bombardiers d'eau et quatre hélicoptères étaient engagés.

Des hommes spécialisés du groupe de reconnaissance et d'intervention en milieux périlleux ont été appelés jeudi pour éteindre les foyers d'incendie sur les barres rocheuses.

Cinq pompiers ont été légèrement blessés (coups de chaud, foulure de cheville).

Si le village du Castanet a été menacé dimanche, ses habitants n'ont pas été évacués et aucun dégât particulier n'a été constaté.

Une enquête de la gendarmerie est en cours sur l'origine du feu. "Le point de départ du feu, situé en bord de route, laisse imaginer une incivilité à l'origine de l'incendie et il n'est pas à exclure que ce soit un mégot jeté depuis un véhicule", a déclaré le sous-préfet de Florac, Boris Bernabeu.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 
↑ Haut de page ↑

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

SITE ACTUELLEMENT EN COURS DE REFONTE,

IL EST POSSIBLE QUE VOUS PUSSIEZ RENCONTRER DES DIFFICULTEES LORS DE VOTRE NAVIGUATION SUR LE SITE

Merci de votre compréhension